Le Forum

M'écrire webmaster : Francis Boutet  M'écrire

Merci de signer mon livre d'or

Le Forum

Pilotes

Courses

Motos

 

Les Histoires du "père François"

Toutes les histoires du Père François

François Gomis nous raconte ... 

Petites histoires de Bol ...

Au Bol 80, nous avions un très très bon moteur Kawa. En pleine nuit, dans la ligne droite du Mistral, des phares me remontent doucement mais sûrement puis me passe lentement à 50 centimètres sur ma gauche. C'est Soulas sur une Honda d'usine. Pierre tourne la tête et me regarde style " Salut misgo ". Puis il finit de me doubler. Voilà, c'est tout. C'était sympa. Vous allez me dire qu'on est à 280 ou 285 ! Non, on est à 4 ou 5 kilomètres à l'heure, la différence de vitesse entre sa moto et la mienne. C'est pour ça qu'on peut se regarder, pas longtemps, mais on peut le faire. Et la luminosité est suffisante, avec les reflets des phares dans et sur les carénages.

Merci à tous les motards qui faisaient des feux pour griller des merguez au bord des circuits. La fumée, parfois, était un peu gênante, mais les odeurs de saucisse nous faisaient bien marrer, ça donnait même faim… Et comme plus tu vas vite, plus tu rentres tôt au stand, donc plus tu manges tôt. En conséquence, ne négligeons pas le fumet de merguez comme accélérateur de performance lors des courses d'endurance.

Dans les années 70, la moto passait beaucoup à la télé, grâce au journaliste Yves Mourousi, qui faisait à l'époque encore plus fort en notoriété que le présentateur P.P. (D.A.) aujourd'hui. Yves Mourousi était passionné de moto, un vrai, faisant même un Bol d'Argent (avec Jean Basselin). Respect pour Yves. Sur les courses, on retrouvait la bande d'Auto-Moto, Jean-Pierre Chapel, Jean-François Dunac, Yves Hervalet et Dominique Guymont. Au Bol, encore au Mans, TF1 passait entre autre la dernière heure ou les derniers trois-quarts d'heure de course. Et devinez ce qu'a fait le frère… Il s'en est pris une en direct, au raccordement, tout au début de la ligne droite des stands ! À l'accélération, sur l'angle, il a glissé et paf, la binette par terre. Ils étaient ravis à la télé. Et je te passe le ralenti, et  que je te le repasse. C'est bon pour l'audience coco. Surtout que Laurent s'est relevé tout de suite*. Il a pu faire craquer la TZ et rentrer aux stands. Il n'y avait pratiquement pas de dégât. C'est moi qui suis reparti (Laurent prenait toujours le départ et moi l'arrivée). Savez-vous pourquoi le frolot est tombé ? Avant les esses, le grand Christian Léon l'a passé au freinage. Et Laurent a voulu le suivre… Gamelle. Bouhouhou again ! * Il ne faut pas confondre Auto-Moto et TF1. Hier comme aujourd'hui. Les premiers ont une éthique… Et si Laurent s'était esquinté, ils n'auraient pas repassé les images.

Retour au Castelet, au Bol 79. Un pilote japonais, un super bon, Asami, était le coéquipier de Patrick Pons sur une Yam 750 (Ils ont fait 2). Nous, nous roulions sur une Suzuki. Asami a voulu me passer à l'extérieur à l'entrée du double-droit. C'était une connerie. À cet endroit-là, tu ne passes rien du tout puisque le pilote intérieur est obligé de remonter vers l'extérieur du virage, le double droit se prenant en une seule trajectoire. Et une fois que tu es sur cette trajectoire, tu ne peux plus bouger. Bref, je suis obligé de l'emmener vers l'extérieur. On se touche, se retouche, il coupe, je coupe, je plonge un peu à l'intérieur et Asami peut se rabattre. Il est nase. C'est un coup à se faire mal. Je lui ai dit dans le casque : " Faut pas faire banzaï comme ça mon gars sinon tu ne vas pas terminer. Et s'il n'y avait que quatre ou cinq motos d'usine au départ, il n'y aurait pas autant de spectateurs et pas la télé non plus. Non mais... " Il n'a pas dû entendre. Avec le bruit. Et puis je l'ai dit en Français. Et il ne parlait pas Français. De toute façon, Asami n'était pas beau sur un moto. Un crapiaux (comme on dit en Charolais. Faut enlever le " i " en français). Pons, Léon, ils avaient de la gueule. C'est peut-être aussi pour ça que le frangin s'est loupé en suivant Léon au Mans. Il devait inconsciemment regarder le Maître. Et ça déconcentre… Normal, c'était beau.

Photo : Sadao Asami au Bol 79 (cliquez sur la photo pour l'agrandir)  Photo YAMAHA
cliquez pour en savoir plus sur le BOL 79 d'Asami et Pons

François Gomis 

François Gomis - Laurent Gomis

 

RETOUR
 

retour sommaire