Si vous ne voyez pas les animations ci-dessous, téléchargez le Plug-in Macromedia Flash: ici
 

Webmaster : Francis Boutet | M'écrire |

 

Menu 

 

Pilotes de légende

 

Courses de légende

 

Motos de légende

 

Personnalités

 

Histoires Anecdotes

  Photos et Vidéos
  Revue de Presse

 

Liens

 

 

CETTE ANNEE LA : Revivez les principaux événements de ces années là. Sport, actualité, cinéma, musique et bien entendu moto. De nombreuses photos, liens vers des sites, documents d'époque.

1969

1970 1971 1972 1973 1974 1975 1976 1977 1978 1979 1980
Pilote de légende : Gérard Debrock (né le 22/02/1942)

FB : 1972 c'est l'année de ta première victoire au  Bol d'Or ?

GD : J'ai attaqué la saison 72 en confiance avec une TD3 neuve, j'ai gagné une course au Mans devant Ben El Hadj, par contre le reste de la saison a été moyen. J'ai le souvenir d'une  course à Dijon ou j'ai roulé dans la roue de Tchernine sans pouvoir le doubler. Fernandez était loin devant avec un avion de chasse ! J'ai également le souvenir d'une anecdote dont je suis très fier. André Kaci était en tête du championnat de France national, mais il a cassé sa moto aux essais (une Nougier). Dominique Borredon, jolie jeune femme pilote, vient me voir pour me demander de lui prêter ma TD3, sans quoi il perdait le championnat. J'ai donc prêté ma moto et Dédé, un brillant pilote, s'est tout de suite adapté à la conduite de la Yamaha et en partant dernier il a remporté la course et le championnat. 

Cette année là j'ai roulé aux 1000 km du Mans avec une H1R ex Ravel et ça marchait assez bien jusqu'à la chute de mon coéquipier William Gougy. J'ai ensuite repris la moto et en rétrogradant dans le chemin aux Boeufs elle a calé ... j'ai rembrayé et je suis  passé par dessus la moto, je me suis cassé le scaphoïde, seule fracture de ma carrière malgré les nombreuses gamelles .. surtout à mes débuts.

Charade 1972 avec Read (photo signée par Saarinen)

Dijon 1972

FB : Et le Bol ?

GD : Pour le Bol j'ai été embauché quelques mois avant par Robert Assante qui travaillait chez Japauto. Cette course a été très bien préparée par M. Villaseca  qui nous a fait faire un test de 24 H au Mans ... en juillet. 
Le team était très impressionnant avec 3 motos engagées, une blanche pour Assante et Bettiol, une bleue pour Tchernine et Bourgeois et une rouge pour moi et Roger Ruiz. Je te résume la course. Nos principaux adversaires étaient des Italiens sur une Guzzi d'usine très rapide. Nous sommes restés dans leurs roues jusqu'aux alentours de minuit, quand une averse s'est mise à tomber et ils sont allés à la faute. Ensuite nous avons été en tête jusqu'au bout devant Godier et Genoud. Notre victoire nous la devons à une excellente moto et un très bon team. Roger ayant fait le départ, j'ai fait le dernier relais et passer la ligne d'arrivée en vainqueur, avec la piste envahie par le public, a été un grand moment. Un spectateur m'a pris sur ses épaules pendant 20 minutes jusqu'au podium ... costaud le mec ! (voir vidéo).

Bol 1972

FB : 1973 fut une bonne saison en endurance ?

GD : Oui, mais  heureusement car en vitesse, même si ce fut une assez bonne saison, je courrais en 250 et 350,  je n'ai rien gagné. Par contre en endurance il n'y a eu que du bonheur. Je faisais équipe avec jean Claude Chemarin sur le 860 de Laprie ... c'était un avion de chasse avec lequel nous avons gagné les 1000 km de Mettet. Nous avons également terminé 5e aux 24H de Barcelone. Ce fut une course difficile et nous étions vraiment heureux de pouvoir la terminer. J'ai pris le premier relais de cette course, et grâce à un départ canon, j'ai fait le premier tour en tête, 200 mètres devant tout le monde, à la surprise des spectateurs espagnols qui attendaient un équipage ibérique. C'était le grand silence ... ils devaient se dire ".. mais qui c'est celui là ???". Nous aurions certainement pu faire mieux que 5e, gagner une ou deux places car le problème c'est que le circuit de Barcelone tourne beaucoup à gauche et nous étions gênés par le carter d'alternateur, beaucoup plus gros que celui de la Daytona, qui frottait constamment et nous faisait perdre épreuve ... un exploit à l'époque.

Paul Ricard 1973

1000 km de Mettet 73

FB : Parle nous ce cette 2e victoire au Bol d'or 1973

GD : En 1973, chez Japauto, M Villaseca a voulu changer les équipages ... pourquoi ? Il m'a mis avec Thierry Tchernine, moi ça me plaisait bien car je connaissais ses qualités de vitesse et son aisance sous la pluie. Mais le "coup vache", ça a été de mettre un jeune qui sortait du critérium 750 avec Roger Ruiz... le pauvre il a souffert avec un équipier pas au niveau. Il faut dire quelques mots des carénages utilisés cette année là, sûrement pas le fruit d'études aérodynamiques poussées ... bien au contraire. Aux 1000 km du Mans, aux essais nous n'arrivons pas à faire de bons chronos, nous avons alors décidé de faire des chronos sans le carénage ... nous avons amélioré nos temps de 2 secondes !!!! Mais malgré cela M. Villaseca a voulu que nous courrions avec. En course nous avons quand même réussi à finir 2e et 3e. Par contre un très bon point car sous la pluie du Bol pendant 15 heures il nous a très bien protégé et sur 24 heures c'était un élément de confort non négligeable.

 

 


Manifestations Partenaires

Partenaires et sites amis...