Si vous ne voyez pas les animations ci-dessous, téléchargez le Plug-in Macromedia Flash: ici
 

Webmaster : Francis Boutet | M'écrire |

 

Menu 

 

Pilotes de légende

 

Courses de légende

 

Motos de légende

 

Personnalités

 

Histoires Anecdotes

  Photos et Vidéos
  Revue de Presse

 

Liens

 

 

CETTE ANNEE LA : Revivez les principaux événements de ces années là. Sport, actualité, cinéma, musique et bien entendu moto. De nombreuses photos, liens vers des sites, documents d'époque.

1969

1970 1971 1972 1973 1974 1975 1976 1977 1978 1979 1980
Pilote de légende : Dominique Pernet

 

Dominique Pernet

cliquez sur les photos pour les agrandir

Dominique Pernet - Né le 31 juillet 1952 à Aix-les-Bains

Originaire de Savoie, Dominique Pernet suit ses parents à Chalon-sur-Saône (71) et habite le pays de Gex à côté de Genève depuis 1984.

Il arrive à la moto assez naturellement, son frère aîné faisant des courses de cross. Dominique se retrouve donc à 14 ans sur un 50 mondial avec lequel il fait ses premiers tours de roues. Pas trop bricoleur, pas trop mécano, ce qu’il aime c’est le guidon et la poignée de gaz. C’est un adolescent sérieux qui passe son certificat d’étude et un C.A.P. (certificat d’aptitude professionnelle) de pâtissier confiseur glacier, se révélant un épicurien en herbe.

Après ses trois années d’apprentissage, il rejoint l’entreprise familiale de transport. Il faut remarquer que Pernet, comme d’autres pilotes capés (Roger Ruiz par exemple), travaillera toujours à côté des courses, sauf quand il est pilote d’usine (Suzuki à partir de 80).

Après 83, il travaille au CERN (acronyme du Conseil Européen pour la Recherche Nucléaire), à Meyrin (canton de Genève, près de la frontière franco-suisse). Là encore, il conduit non pas un accélérateur de particules mais des véhicules terrestres à moteur (!) et ce pendant 7 ans.

La moto est bien sûr toujours présente dans sa vie et en 90, il va travailler chez l’importateur Honda pour la Suisse. D’abord magasinier, il se forme à l’informatique et devient « technicien help desk », réglant les problèmes informatiques pour les concessionnaires. A noter que Dominique apprend l’allemand à cette occasion pour répondre à la demande des agents suisses alémaniques pour lesquels il est aussi formateur.

Son parcours professionnel est à l’image de sa carrière de pilote. Sérieux (on l’a vu), efficace, fiable et de haut, voire de très haut niveau. Et difficile de savoir si la moto est parallèle au boulot ou le contraire. Dominique est passionné par les deux.

Revenons sur sa carrière. À 20 ans, en 1972, il décide de courir avec LA moto idéale à l’époque, une H2. Pas vraiment du genre à rouler des épaules, il se rend quant même compte tout de suite qu’il va vite, très vite même. Première course, une course de côte, il gagne. Première course de Critérium 750 à Montlhéry, il termine sur le podium, l’épreuve étant gagné par le maestro Gilles Husson. Pas mal pour un début ! Inutile de dire qu’avec ces premiers résultats, Dominique et son copain d’enfance qui l’accompagne, Serge Dumont, oublient vite le côté galère de la vie de pilote national (partir après le travail, se débrouiller avec la mécanique, etc.).

1973 - 1974 - Courses de côte 6 victoires sur 7 Kawasaki H2

1974 Croix en Ternois Coupe des 4 saisons
 victoire - Kawasaki H2

Sa carrière décolle en 1977 avec là encore un rencontre, celle de Denis Guyon, dont le frère roulait fort mais s’était gravement blessé. Guyon proposa à Dominique Pernet de prendre la Yamaha 700 TZ de son frère. Ce fut le début de la grande aventure autant sportive qu’humaine. Denis Guyon travaillait déjà au CERN. Dévoré par la passion comme Dominique, il met son temps et ses économies à la disposition de son ami pilote. Denis achètera ensuite deux Yamaha OW31 et une TZ 500, avec lesquelles Pernet s’installera définitivement dans le clan fermé des meilleurs pilotes privés européens. C’est ainsi que Suzuki le remarquera et qu’il deviendra pilote officiel en endurance avec comme meilleur résultat une victoire aux 24 Heures du Mans en 1982 avec Pierre Étienne Samin. C’est le meilleur souvenir de sa carrière. Son plus mauvais souvenir est une grave chute au Nurburgring.

VITESSE

1975 Coupe d'automne à Karland - Yamaha TZ 250 cc 1975 Championnat de France à Bourg en Bresse - Yamaha TZ 250 cc
1976 Championnat de France à Cognac - Yamaha TZ 250 cc 1976 Championnat de France à Cannes en compagnie de Guy Bertin et du regretté Alain Béraud - Yamaha TZ 250 cc
1977 - 200 Milles Paul Ricard- Yamaha 750cc - Moto aux couleurs de Californie, de mon ami Thierry Bidault, un passionné de sports mécaniques 1977 - Magny-Cours - Yamaha 750cc - Derrière Dominique, son ami Philippe Bouzanne
1978 - 200 miles au Paul Ricard - Yamaha 750cc OW31 1979 Championnat du monde 750 cc à Brands Hatch - Yamaha OW 31 No 42 Greg Hansford suivi d'Hubert Rigal, 46 moi même, 8 Boet Van Dulmen, 56 J.P Boinet et le 20 Sadao Asami
1979 Championnat du monde 750 cc à Nogaro derrière R. Roche et H. Rigal - Yamaha OW 31 1979 Championnat du monde 750 cc à Nogaro derrière R. Roche et H. Rigal - Yamaha OW 31
1980 200 miles de Daytona - Yamaha TZ 750 cc OW31 1981 Championnat de France au Mans - 1ère ligne - Yamaha TZ 500 cc. Photo Michel Picard

ENDURANCE

1978 Championnat du monde d'endurance à Brands-Hatch - National Motos 1000
(Photo Michel Picard)
1978 Championnat du monde d'endurance à Brands-Hatch en discussion avec Christian Léon - National Motos 1000 (Photo Michel Picard)
1979 - 1000 km d'Assen en compagnie de Jean-Paul Boinet - National Motos Yamaha OW31
(Photo Michel Picard)
1980 Championnat du monde d'endurance 24 heures de Spa avec Jacques Luc - Honda Dholda 1000 sur la plus haute marche du podium Hervé Moineau et Marc Fontan,
à leur gauche J.C Chemarin
1981 Piste d'essais de Suzuki à Hamamatsu au Japon - L'homme au chapeau est l'ingénieur en chef 1982 Premiers essais au Mans du modèle 1982  Suzuki GS 1000 Officielle. Photo Michel Picard
1982 Bol d'Or - Suzuki GS 1000 Officielle 1982 24 Heures de Spa, briefing avec le technicien de Michelin et P.E Samin Suzuki GS 1000 Officielle
Photo Michel Picard
1982 Podium 24 heures du Mans - Suzuki GS 1000 Officielle - Photo Michel Picard
1982 L'équipe Suzuki après la remise des prix des 24 heures du Mans - Suzuki GS 1000 Officielle 1983 - 1000 km de Silverstone, 2ème place - Suzuki GS 1000 Officielle- Photo Michel Picard

Quand l’usine Suzuki cesse ses activités sportives en 1983, Dominique Pernet se retire de la compétition :
« À ce moment, j’ai décidé d’arrêter, ma femme n’aimait pas trop la course moto » ! (N.D.L.R.* : belle patience Madame).

Pernet a aimé toutes les motos avec lesquelles il a couru (Kawasaki H2, Yamaha TZ 250, 350, Yamaha TZ 750, OW 31, TZ 500, National Motos, Honda RCB Dholda, Suzuki officielle) et son pilote préféré est Patrick Pons dont il rappelle la gentillesse (une qualité de Patrick saluée unanimement).

Aujourd’hui, il suit particulièrement Casey Stoner. Dominique Pernet tourne toujours sur des motos de course des années magiques et dit : « J’ai la chance d’être apprécié par M. Frerichs (le fondateur de Honda Suisse S.A.) qui me prête ses motos de collections, Honda RCB, Honda CR Daytona, Honda 450 Egli, Honda CB 350 RSC, Honda Doncque Endurance, Moto Guzzi 250 de 1952. Sinon sur la route, je roule avec une VFR1200 ».

En se penchant sur sa carrière, Dominique Pernet ne peut cacher sa satisfaction : « En vitesse, si j’avais été pro, je pense que j’aurai pu avoir de meilleurs résultats. En endurance, j’ai été pilote d’usine et j’ai gagné de grandes courses ». Il ajoute : « Je pense qu’on avait beaucoup de chance, les gens nous aidaient. Chance aussi d’habiter tout près de Pont de Vaux, le fief de la famille Maingret. Je tiens aussi à les remercier, ils m’ont beaucoup aidé. D’ailleurs nous sommes restés très amis ». Mais la grande fierté de Dominique et de son épouse, c’est la réussite de leur fils qui, au moment où ces lignes sont écrites, termine des études d’ingénieur physicien à l’université de Stanford en Californie...(et aux dernières nouvelles, le fiston a terminé ses études et est ingénieur...=

En résumé, à l’évidence, la carrière de Dominique Pernet s’est construite sur son talent, mais aussi grâce à une personnalité franche, attachante, et très (trop ?) discrète. Le tout en fait un grand pilote.

François Gomis

* note de la rédaction

Palmarès

1973 –1974 : 6 victoires sur 7 courses en course de côte
1974 : vainqueur de la coupe des 4 saisons en 750
1977 : 1er à Lure championnat de France 750, 2ème à Albi championnat de France 750.
1978 : de belles courses d’endurance avec National Motos 1979 : 7ème à Brands Hatch championnat du monde 750
1979 : 7ème à Nogaro championnat du monde 750
1980 : 3ème aux 24 heures de Spa avec Dholda
1981 : places entre 10 et 15 en GP 500
1982 : 1er aux 24 heures du Mans, 1er aux 1 000 km de Zeltweg, en tête au bol d’or jusqu’à 6 heures du matin (5 tours d’avance), casse mécanique.
1983 : 2ème aux 1 000 km Silverstone, 4ème aux 1 000 km Nurburgring, 5ème à Suzuka, 5ème aux 24 heures de Spa, 5ème aux 1 000 km du Mugello.

 

le site de Dominique Pernet


Manifestations Partenaires

Partenaires et sites amis...