Si vous ne voyez pas les animations ci-dessous, téléchargez le Plug-in Macromedia Flash: ici
 

Webmaster : Francis Boutet | M'écrire | Forum BIKE 70 | Livre d'Or BIKE 70 | Club BIKE 70  | Team BIKE 70 

 

Menu 

 

Pilotes de légende

 

Courses de légende

 

Motos de légende

 

Personnalités

 

Histoires Anecdotes

  Photos et Vidéos
  Revue de Presse

 

Liens

 

 

CETTE ANNEE LA : Revivez les principaux événements de ces années là. Sport, actualité, cinéma, musique et bien entendu moto. De nombreuses photos, liens vers des sites, documents d'époque.

1969

1970 1971 1972 1973 1974 1975 1976 1977 1978 1979 1980
Pilotes de légende : Raymond Roche, né le 21 février 1957
 

cliquez sur les photos pour les agrandir

Raymond le rapide... 

Sans doute le plus mystérieux des pilotes français... mais certainement pas le moins doué... et double champion du monde quand même. 

Après s'être fait la main sur les très formatrices routes du var, Roche alors apprenti chez Ruggia ( le père ) concessionnaire Yamaha à Hyères a l'occasion d'essayer la TZ du pilote du magasin sur le circuit du Luc. La légende veut que Raymond ne couvre que quelques tours avant de mettre la moto par terre mais que le père Ruggia ait été plus que songeur en voyant le chrono que son apprenti venait de réaliser ! 

Bref, après avoir fait parler de lui dans des courses françaises en 125 et en 250, Raymond s'engage au GP de France 250 en 1976. C'est son premier GP, ça sera aussi sa première première ligne puisqu'il réalise le second temps aux essais. Et encore, une rumeur a couru sur la cylindrée de la moto de l'auteur de la pole ce jour là. Le lendemain, Roche ne se contentera pas de cette première ligne et se battra dans le paquet de tête avant de se mettre au tas. Le retour sur Toulon avec le père Ruggia a été chaud. 

Il faut ensuite attendre le GP d'Angleterre 1978 pour un nouveau coup d'éclat, un podium au GP 250 à Silverstone. 

Malgré son gabarit parfaitement adapté aux petites cylindrées, il monte en 750 l'année suivante. Petit mais trapu et costaud, souple, extrêmement mobile sur la moto, il trouve avec la 750 OW un outil à sa mesure. C'est la grande époque du championnat du monde 750, Pons est la locomotive qui emmène d'autres français dont les deux espoirs Roche et Fontan. Cela vaudra à Raymond de participer au bol d'or sur une OW officielle Sonauto. Un bol où ses qualités de pilote et de metteur au point vont être mises en valeur. 
Aux essais, Les Yam ont des problèmes de châssis insolubles. Raymond part pour un run dans ce qui est son jardin, revient, livre son diagnostic qui s'avère exact " huile de fourche trop fluide", les yam n'ont plus de problème de châssis. La légende est en marche. 

L'année suivante s'annonçait sous de meilleurs auspices avec une 500TZ et un peu plus d'aide... Seulement cette année là, la 500TZ n'était pas une réussite... En milieu de saison, Raymond intègre le team Sonauto pour remplacer Christian Sarron blessé et rejoindre un pilote avec qui, malgré des origines et des trajectoires très différentes il a beaucoup d'affinités, Patrick Pons. Mais même au sein du team Sonauto, la 500TZ ne va pas mieux, tout ne va pas forcément pour le mieux au sein du team Sonauto d'ailleurs... Bref, pas le meilleur endroit pour briller. Heureusement qu'il y a Pons, la bonne collaboration entre les pilotes et l'amitié renforcée entre les deux hommes. Jusqu'à ce maudit GP d'Angleterre. 

Après un denier Bol d'Or, où il va briller avec son compère Lafond,  c'est la fin de l'éphémère aventure Sonauto mais pas fin des 500... 

L'année suivante, parce qu'il faut vivre, parce que le monde de l'endurance se souvient du Bol, Roche signe avec Lafond chez Serge Rosset ( Kawasaki) pour un programme d'endurance allégé. Parallèlement à cela, Raymond et Lafond doivent rouler en GP avec des 500 Suzuki client.... Mais parfois les choses ne se déroulent pas comme prévu... Les 24h du Mans ouvrent la saison d'endurance; Honda arrive avec ses deux vedettes américaines, Mike Baldwin et Dave Aldana. Un Baldwin qui a déjà occasionnellement créé la sensation en GP500 au guidon d'une Suzuki privée, la nouvelle star américaine montante. Et là, surprise aux essais, les deux jeunots de chez kawa sont devant. En course aussi, les ricains se font taper. A force d'en remettre, Raymond finit par sortir dans le chemin aux boeufs qui est à l'époque une courbe ultrarapide. Fin du show pour les jeunots ? Roche ne l'entend pas de cette oreille. Après un passage ultra rapide par l'infirmerie, il ramène la kawa aux stands et repart avec son compère Lafond pour une remontée... La kawa casse l'allumage, un mécanicien de génie bricole pour finir la course, Roche-Lafond retournent au charbon et marquent des points. 

A la course suivante, Roche-Lafond sont présents car Rosset a finalement décidé d'élargir leur participation à tout le mondial d'endurance. Baldwin avec la Honda tombe au premier tour et rentre à pied alors que la moto n'a rien... C'est le début des frasques du duo de choc Baldwin-Aldana. Ce sera une saison très difficile pour Mr Guillou... Roche et Lafond gagnent. 

A la fin de la saison, après une dure lutte avec leurs copéquipiers chez Kawasaki Huguet-Chemarin, Roche et Lafond sont champions du monde d'endurance. 

En 1982, il n'y a plus d'américains chez Honda. Par contre, Raymond Roche rentre chez Honda où il aura comme coéquipier  Dominique Sarron. En entrant chez Honda pour l'endurance, Roche n'a certainement rien calculé par rapport aux GP500 qui restent quand même son objectif. Il va rouler en endurance chez Honda et fera quelques GP avec sa 500 Suzuki. Pourtant, c'est chez Honda que Raymond va enfin avoir sa vraie chance, mais il ne le sait pas encore. En effet, c'est cette année là que Honda effectue son retour en GP 500 avec sa 3 cylindres. Il n'est pas encore question d'une moto client, il n'y a pas de passerelle entre l'endurance et les GP, ce que Honda attend de Roche, c'est des résultats en endurance. Sur ce plan là, tout va bien même si la saison est écourtée suite à un mauvais carton aux 24h de Barcelone où Roche découvre une moto par terre non signalée après une bosse. Mais fin 82, la nouvelle tombe, Honda va lancer une série très limitée de répliques de ses 500NS. J.l. Guillou est un sportif, le deal est conclu, Honda France fournit une 500, Total donne un gros coup de main et Roche peut partir tenter sa chance en mondial 500. 



Les deux années 83-84 seront deux grandes cuvées Raymond Roche. La Honda semble convenir a merveille au pilotage de Raymond et il semble en phase avec le fonctionnement de la grosse maison Honda. Lorsque quelque chose ne lui plait pas Mr Guillou le dit. Mais il le dit en face, sous un auvent fermé, pas devant un parterre de journalistes. 

83 sera la saison de coups d'éclat, premières lignes, trublion au milieu des motos d'usines, les japonais du HRC apprennent à connaître ce petit français avec son petit auvent et ses deux mécanos. Une victoire au bol d'or associé à  Dominiuque Sarron et Guy bertin parachève cette splendide saison

84 sera la "presque" consécration... Mais là, même plus de 20 ans après, même en tenant compte des spécificités culturelles japonaises, certaines choses demeurent inexpliquées. Bref, Spencer le top pilote Honda se blesse au premier GP et Honda prête un moteur d'usine à Raymond, charge à lui de monter ce moteur dans son châssis standard. D'où immédiatement une seconde place derrière Lawson sous la pluie de Kyalami... Ensuite, Spencer ne revient pas si vite que cela aux affaires, la Honda V4 manque de développement et Roche reste longtemps le pilote Honda le mieux placé au mondial. malgré cela, les vraies V3 usine resteront à Bruxelles et Raymond devra même négocier âprement pour conserver le moteur usine. Cette saison là, Roche aurait du gagner un GP500, au moins un... Comme à Assen où il bataille toute la course avec un Mamola qui joue lui aussi sa survie en GP et le taxera d'un cheveu dans la dernière chicane ou également le Grand prix d'Italie (voir vidéos) ...  mais le Monkey a une moto d'usine complète. A la fin de la saison, c'est Eddie Lawson et la Yamaha qui seront champions du monde. 


Même si sa cote est toujours grandissante chez Honda, même s'il a parfaitement intégré le fonctionnement japonais, las d'attendre une vraie moto d'usine complète, Roche signe chez Yamaha Agostini en 1985

Et il se retrouve au sein d'un team entièrement dévoué à son premier pilote, Eddie Lawson. La saison débute mal avec une gamelle mémorable due à une durite d'eau débranchée et seule une seconde place au GP de France est là pour rappeler que Raymond Roche va toujours vite. 

En 1986, retour chez Honda au sein du team Katayama mais malheureusement chez Honda, les choses ont changé; Freddie Spencer va certes stopper sa saison après quelques tours lors du premier GP en Espagne, mais Wayne Gardner, couvé par Honda Britain est la nouvelle étoile montante de Honda. La 500V3 a peu évolué, la concurrence s'est organisée, les bonnes Yam usine sont plus nombreuses... bref, en 1986, une bonne 500 V3 n'est plus l'arme qu'elle était en 83-84. Les pièces usine promises tardent à arriver... Raymond se fâche, va parler directement aux pontes du HRC qui ne l'ont pas oublié. Il obtient alors un cadeau empoisonné, un V4 usine mais sans essais libres, en milieu de saison... Raymond n'a pas le choix, il ne peut pas refuser cette moto d'usine qu'il attend depuis si longtemps... Il s'en suit une gamelle monumentale au GP de Belgique et ensuite, le GP de france. Il faut souligner que la 500V4 86 est loin d'être parfaite et Gardner promu pilote d'usine est parfois un peu perdu avec. Certains se souviennent peut-être d'une scène très étrange dans le paddock du Castellet, derrière les stands, en plein air... Un mécano du HRC était en train de s'affairer autour de la moto de Raymond. Très très soigneusement, il masquait avec du venilia jaune le numéro de Raymond inscrit sur les plaques. Ensuite, une fois le numéro masqué, c'est le numéro de Wayne Gardner qui a été posé sur les plaques. Visiblement, Gardner allait rouler le lendemain au warm up avec la moto de Roche. Le lendemain, Roche est dans le paquet de tête, le rythme n'est pas hyper rapide... pourtant, au bout de quelques tours, il ne repasse pas... Si, il repasse attardé, le carénage râpé, un cale pied tordu ? A l'arrivée, Lawson est devant Mamola (sur une Yam, pourtant parti avec une ligne droite de retard), Sarron et Baldwin (de retour en Europe sur une Yam Roberts). Gardner et la V4 sont loin derrière. 

En 1987, Gardner sera champion du monde sur la Honda V4 tandis que Raymond signe chez Cagiva comme coéquipier de Didier De Radigues qui arrive avec Alain Chevalier. L'affiche était belle, Raymond donne le meilleur de lui mais la Cagiva affiche encore un certain retard technique. En 1988, De Radigues est remplacé par Randy Mamola chez Cagiva. La moto manque encore de développement mais Raymond se bat comme un acharné. jusqu'à ce foutu GP d'Italie où il se fait percuter après l'arrivée. Gravement blessé, il ne reviendra qu'en fin d'année pour constater qu'en son absence, Mamola a occupé tout l'espace. 

Dans le même temps, au sein du groupe Cagiva, la Ducati 851 semble montrer un beau potentiel en Superbike. Il ne manque plus qu'un pilote vraiment dans le coup au guidon pour en être certain. Raymond se laisse tenter et essaye la moto lors des 3 dernières courses de la saison 88. La moto est dans le coup, le pilote aussi mais il reste du travail de développement et de fiabilisation. Le paddock Superbike a tout de même compris qu'en 1989 la Ducati serait devant. 

Malheureusement, 1989 est encore une saison de travail pour la Ducati; la performance est là mais la fiabilité fait encore souvent défaut et malgré 5 victoires, 11 podiums, 4 pôle positions, 6 meilleurs tour Raymond n'est "que" troisième mondial. 

Mais il s'obstine, continue à pousser, à travailler pour fiabiliser cette bombe rouge. Et 1990 sera enfin l'année de Roche, Champion du Monde Superbike, des victoires, des records du tour, des pôles et de la régularité. (voir vidéos)

La suite appartient aux années 1990... A nouveau une vedette américaine... Le bagou d'Erraldo Ferraci... Les italiens ont une mentalité différente des japonais mais le résultat est le même... sans doute la taille du marché américain ? Polen profite immédiatement de tout le travail entrepris par Roche en 1989, voire plus puisque Polen se voit confier en douce de meilleurs moteurs. 

Roche est Vice Champion du Monde en 1991 et 1992 et raccroche définitivement son cuir quand il découvre l'embrouille des moteurs de Polen. 

Depuis, les Ducati ont empilé les titres mondiaux en SBK, Capitalisé sur le savoir faire et la dynamique SBK pour construire une moto GP gagnante. Mais à l'origine de tout cela, il y a un petit français qui en transformant le "twin rapide mais fragile" en un champion du monde a peut être servi de détonateur.

Texte de Gilles Chabanol

Voir la superbe galerie photos de Manfred Mothes

Philippe Michel, pilote, ami et responsable technique de Raymond Roche 

 

 

 


Manifestations Partenaires

Partenaires et sites amis...