Le Forum

M'écrire webmaster : Francis Boutet  M'écrire

Merci de signer mon livre d'or

Le Forum

Pilotes

Courses

Motos

 

Jean Basselin

né le 
06 juin 1950

J'ai choisi de mettre Jean dans la rubrique "personnalité de légende", et dans celle des  "pilotes de légende", car même si Jean à été un bon pilote, c'est surtout une "figure" du milieu moto que je vais vous présenter... 

Il a été effectivement pilote, mais également concessionnaire, ami des plus grands, secrétaire de Johnny Hallyday, partenaire du présentateur Yves Mourousi lors du Bol d'Argent 1980. Il a également bataillé avec Bonéra et Nixon (non pas le président, mais Gary le pilote !!!), lors de compétitions classiques aux USA... Quand  je vous le disais que plus qu'un pilote Jean est une véritable personnalité.

cliquez sur les photos pour les agrandir

- Jean peux tu te présenter ?
Je m'appelle Jean Basselin, je suis né le 06/06/50 à Boulogne Billancourt je suis marié, j'ai une fille Julie qui a 29 ans.

- Jean Basselin et la moto c'est une grande histoire d'amour, peux tu nous parler de tes débuts en compétition ?
J'ai eu ma première licence en 1976 et j'ai débuté en "Coupe des 4 saison"s avec une Kawa 750 H2 

- Peux tu nous parler de tes amis de l'époque ?
J'ai eu la grande chance de faire partie de '' La bande de Maison Alfort '' et mes amis de l'époque étaient Alain Terras, Gilles Husson , Gérard Choukroun, Thierry Tchernine ,Gilles Desheulles , Bernard Lefebvre chez qui nos nous réunissions dans son bar des bords de Marne et aussi Philippe Vassard et d'autres vedettes locales !! C'était un sacré vivier de pilotes ce bled ! 

- Tes motos ?
J'ai commencé en 1966 avec une Triumph Speed Twin 500,ont suivi des 650 Bonnevilles de toutes les années,67 , 68 , 69 et 70 et aussi un Sporster XLH 900 de cette année avant de découvrir la 750 Honda en 71 et l'art de s'en servir avec mes potes de Maison.Alfort ! Ensuite j'ai eu des 750 H2 , 900 Z1, 1000 CBX , 900 Bol d'Or , quelques 650 Bonnevilles restaurées ( 69 et 70 ). Ensuite ce fut la période Harley vers 86 jusqu'en 92 avec un superbe Wide Glide Shovelhead 1340 de 87 et puis plus récemment, il y a eu une Ducati 996 SPS, un Sporster 883 R ( j'ai adoré ! ) et puis actuellement Softail Heritage1340 superbe, racheté à Johnny l'année dernière.  
Je roule au quotidien aussi en gros scooters (400 Majesty ) 

- Peux tu nous parler de ton expérience et de tes souvenirs en tant que pilote ?
J'ai fait beaucoup de courses en Promosport 1000 vitesse et endurance avec une Honda 900 Bol d'Or puis une Kawa 750 avec pas mal de belles courses quelques podiums et des premières lignes de départ. Mes copains d'alors étaient Christian Sarron, André Lussiana, Jean Lou Colin , les frères Gomis et Bruno Vecchioni mais aussi Michel Rougerie, Alain Prieur et Patrick Pons, Jean Paul Boinet, Thierry Tchernine.
En 80, j'avais fait le second temps derrière Christian Sarron aux essais et une saison foutue !
En 85, j'ai fait 5ème du classement général des 24 Heures du Mans sur une Suzuki 750 GSXR de l'écurie MOTOREP 
En 87, j'ai terminé 10 ème du classement général des 24 Heures du Mans sur une Kawasaki 750 GPX de l'écurie Benetton- Icf / Jet Motorcycles.
Dans les années 90 j'ai remis le doigt dans l'engrenage de la course par le biais de mon ami Pierre Sola, restaurateur et grand spécialiste d'Harley de course et de la mythique XRTT 750 que j'ai eu le privilège de piloter en AFAMAC en ayant amené mon grand copain Philippe Monneret dans cette aventure. A la fin des années 90 j'ai continué à rouler en Moto Classic 750 sur une superbe Triumph 3 cylindres appartenant à Georges Boisnière, ancien président du Trident Club de France, plus connu sous le nom de Tristar 750. Nous irons ensemble trois fois rouler a Daytona ( 2000, 2001 et 2002 ) pour nous frotter aux meilleurs mondiaux en catégorie Formula 750 avec une place de second derrière Gary Nixon à la course de De Land et des places de 12 ème, 9 ème et 7 ème au fil des années à Daytona. Je suis assez fier d'avoir réalisé ce rêve de môme, d'avoir roulé avec des pilotes comme Nixon, Bonera , Duhamel et autre Ken Nemoto et réussir à rentrer dans le Top Ten du gratin mondial des pilotes de motos Classiques en catégorie 750. 

- Quelques souvenirs de compétition ? 
Je n'ai pratiquement que de bons souvenirs, avec des années passées sur les circuits et les copains et sûrement le meilleur en 85 avec une place de 5 ème aux 24 Heures du Mans, 1er privé derrière 4 ''usines'' avec mes amis Jolivet et Furling sur une des premières Suzuki 750 GSXR pratiquement d'origine.  24 heures d'état de grâce pour une première participation. 
Un autre bon souvenir c'est d'avoir rouler derrière Bonera avec la MV 500 3 cylindres durant les essais à Daytona et écouter le trois pattes dans les tours : inoubliable et peu de gens peuvent s'en vanter !
Le seul mauvais souvenir en compétition est un bassin cassé en 4 morceaux dans le virage de la Chapelle au premier tour des 12 heures du Mans. Mais le pire restera le matin où Husson est venu m'annoncer que Choukroun s'était tué dans la nuit en voiture, ainsi que la mort de mon presque frère Alain Terras pour les mêmes raisons.

- Peux tu nous confier des anecdotes ?
Il y en a tellement qu'il faudrait un livre pour raconter ce que l'on pouvait faire à cette époque et des témoins pour ne pas être traité de mythomane ! 
Voir débouler Gilles Husson sur son OW 31 à fond sur les bords de Marne ou le voir lui et son pote Gérard Choukroun (Chouchou pour les intimes) partir pour le rallye des Eléphants à bord d'un 750 René Gillet des années 40 attelé resteront des moments forts de cette période magique. 
Il y a également le tournage, début des années 70, du film l'Agression de notre copain Gérard Pirès auquel a participé tout le gratin des pilotes inter du moment. J'ai eu la chance d'être parmi eux et peut être qu'un jour avec mon ami Jen.Paul Boinet, nous te raconterons tout ce qui s'est passé durant ce tournage ! Hallucinant !!

- Ton parcours professionnel ? 
Après avoir appris la mécanique moto dans les ateliers de Jean Murit, rue de l'Eglise dans le 15 ème arrondissement de Paris (les anciens apprécieront !) de 1972 à 1975, je me suis retrouvé responsable de la concession Honda de Gérard Choukroun et de Gérard Chappaz , "Sebastopol Motos" Bd Sebastopol à Paris durant 5 ans où l'on vendait 400 motos dans l'année en rigolant !! Ensuite j'ai passé de nouveaux 5 ans aux cotés de mon ami Gérard Chappaz , associé de Choukroun, ex photographe de chez DPPI et grand ami et mécène de Patrick Pons, à gérer le parc automobile de son groupe Sartec, qui sera un sponsor des OW 31 du Bol d'Or 81. 
En 85, tout en courant intensément en moto, j'ouvre un restaurant dans le quartier de Montparnasse à Paris qui s'appelle '' La Scuderia '' qui sera la cantine de bon nombre de pilotes moto et voiture pendant 2 ans.
En 87, Johnny Hallyday, que je connais depuis le début des années 70, me propose de travailler avec lui. Il faut savoir que Johnny a été très ami avec Michel Rougerie durant de nombreuses années où il l'accompagnait sur les GP quelquefois. Mais il n'a plus jamais mis les pieds sur un circuit depuis la mort de Michel.
En 1995 j'ai ouvert un magasin de motos classics, Rue Brunel à côté de la moto école de Philippe Monneret dans le 17 ème arrondissement de Paris. Cela s'appelait ''CONTINENTAL CIRCUS'' et je pense que j'étais un peu en avance à ce moment là car cela n'a pas intéressé grand monde, même pas les journaux de motos de l'époque et pourtant c'était un super endroit avec des belles motos de route et de course. Cela a duré un an et demi jusqu'à épuisement des fonds. Dégoûté, j'ai fermé.

- Parles nous de ta rencontre avec Yves Mourousi. 
J'ai connu Yves lorsque Hervé Guio de chez Honda France me l'a envoyé dans notre concession Sebastopol Motos pour lui entretenir la première Honda 1000 CBX qui roulait à Paris, dont il se servait. Cela devait être en 1978 quand Mourousi, dans son journal de treize Heures sur TF 1 s'adressait à 15 millions de téléspectateurs chaque jour. A cette époque il avait été nommé Monsieur Moto par le Ministre de la Jeunesse et des Sports, Jean Pierre Soisson. Il faut rappeler que Yves a été un élément déterminent dans la construction du circuit Carole et surtout qu'il est la personne qui a négocié à l'époque, la gratuité des autoroutes pour tous les motards se rendant sur les grosses manifestations motos nationales à savoir les 24 Heures du Mans , le GP de France et le Bol d'Or . Presque trente ans après ces privilèges sont toujours là . Merci et respect Monsieur Mourousi. Nous sommes devenus très potes et avons fait pas mal de virées ensemble en moto. Un jour de début 1979 il m'appelle pour déjeuner avec lui et m'annonce qu'il désire participer à la 2 ème édition du Bol d'Argent, épreuve d'endurance nationale de 12 Heures sur le circuit Paul Ricard en prologue du Bol d'Or . Il me laisse carte blanche pour négocier avec Honda France et organiser toute l'opération . C'est une opportunité fantastique qui me mettra le pied à l'étrier pour la suite de ma carrière de pilote . Je peux le révéler aujourd'hui car il n'est plus là et le détail est croustillant, Yves a été Monsieur moto, a possédé une licence de pilote sans jamais avoir eu son permis moto !

-Et celle avec Johnny Hallyday.
Les années passées aux cotés de Johnny Hallyday en tant que secrétaire resteront des moments privilégiés .J'ai rencontré Johnny à la fin des années 60 car son secrétaire à ce moment là,Sacha était un de mes amis, et un jour ou '' Le Grand '' avait crevé avec sa Triumph Bonneville il m'a appelé pour le dépanner. Cela est bien passé entre nous et nous sommes toujours restés en relations. En 86 j'ai travaillé avec mon ami Didier Somia sur l'importation d'Harley des USA et Johnny est venu avec notre pote commun Pierre Billon, nous acheter 3 motos en 15 jours dans notre magasin à Boulogne Billancourt qui s'appellait Custom Bike. Depuis nous ne sommes plus quittés ! 
Parmi mes meilleurs souvenirs, il y a notre voyage aux US. Deux mois et demi de bonheur d'une chevauchée de potes en moto de Miami où nous avons achetées nos motos chez Peterson,dealer local Harley, jusqu'à Los Angeles en passant par Daytona pour profiter de la Bike Week . 
Plein d'histoires sympas durant ces 8000 Kms et pas la moindre galère. Johnny nous a prouvé qu'il était un vrai motard et qu'il était vraiment heureux aux States sans personne pour le harceler ! 

 - Parles nous du livre que tu es en train d'écrire. 
Lors d'une visite au musée Presley à Memphis, je me suis aperçu que les américains avaient gardé tous les véhicules d'Elvis, que ce soient ses Cadillac ou ses Harley, amassées durant sa carrière et j'ai pensé qu'il fallait répertorier tous les véhicules que Johnny avait possédés jusqu'à aujourd'hui. Cela représente les plus belles motos et voitures des quatre dernières décennies car il a toujours eu un goût très sur pour ses véhicules ! 
Mon livre sera un ouvrage de photos noir et blanc et couleur de 1960 à aujourd'hui avec des légendes de Johnny lui-même ainsi que des anecdotes puisqu'il est co-auteur avec moi-même et j'en suis très fier ! C'est ma passion pour les engins à moteur sur 2 ou 4 roues et mon amitié pour Johnny qui m'ont guidé dans ce projet . 

- Des pilotes qui t'ont " marqué " ?
Les pilotes qui m'ont fait rêver dans les années 60 / 70 étaient surtout Américains ou Italiens : Gen Romero, Kenny Roberts, Dick Man, Mert Lawill , j'étais fasciné par le dirt track et l'art de la glisse, mais j'étais aussi admiratif des pilotes européens tels que Bill Ivy, Mike Haillwood, Giacomo Agostini,et plein d'autres. Des pilotes capables de faire un tour de l'Île de Man à plus de 160 de moyenne me fascinait. 
Michel Rougerie était un pilote tellement élégant et rapide mais aussi Saarinen, Barry Sheene et plus tard Freddie Spencer, capable de descendre de sa 250 avec laquelle il venait de gagner pour enfourcher la 500 et récidiver une heure après ! C'était exceptionnel. Voir Roberts gagner sous la pluie pour sa première course européenne lors des matchs Anglo Americains de Pâques en 72 (Malory Park ) ne peut se raconter, il fallait y être !! 
Dans les pilotes actuels en moto GP j'ai un faible pour Rossi car c'est un Phénomène et j'ai quelques bons souvenirs de fêtes avec son père. Il y a aussi Marco Lucchinelli et mon pote Alain Terras sur la côte Varoise lors de 200 miles ou GP 500 au Castellet ! 
Je regrette que Biaggi ait quitté la scène des motos GP car c'est un pilote brillantissime avec tous ses titres mondiaux, mais avec un caractère trop spécial tout comme Kocinski qui avait aussi un talent extraordinaire. 
Je n'oublierai pas dans mon choix le parcours fabuleux de Randy Mamola et ses titres de vice champions du monde 500 . Je rêve de monter pour quelques tours derrière lui sur la Ducat GP biplace !! 
J'aime aussi les pilotes qui montent de la 250 en moto GP et sont capables d'être devant en peu de temps : Casey Stoner, Pedrosa et aussi Randy de Puniet ( dont le père Arnaud a été aussi un sacré pilote des grandes années et un bon pote ! ) ont toute mon admiration. 
En Superbike, j'adore les bastons entre 2 et 4 cylindres ( Bayliss / Corser ! ) et j'attends impatiemment cette saison 2007 pour voir mon idole et énorme pilote, Max Biaggi pourrir tout le monde !!

- Pratiques tu encore la moto (route, piste) ? 
Bien sûr ! je ne pourrais vivre sans, je roule tous les jours soit en gros scoot ou avec mon Harley, et avec mon copain Laurent Gomis on fait encore 8 ème sous la pluie dans la manche de nuit du Bol Classic avec une Guzzi 850 Le Mans pratiquement de route ! (13 ème au général sur les deux manches ). 
Je crois aimer vraiment la course et les motos classiques et je trouve extraordinaire l'ambiance que cela génère.

- Tes loisirs en dehors de la moto ? 
Voyager et restaurer des Triumph Classiques de route.

- Quel est ton regard sur la moto aujourd'hui et la vitesse en particulier ?
En Moto GP et en Superbike, c'est un Spectacle de toute beauté avec de grands pilotes… 
Malheureusement le championnat de France n'est plus le vivier de pilotes de GP de la grande époque sauf peut être encore en Endurance. 
Lorsque je vois des pilotes de haut niveau en Superbike français pas qualif en mondial, je suis triste. 

- On parle de plus en plus de la nécessité d'avoir un " promoteur " pour " relancer " le championnat de France de vitesse, qu'en penses tu ?:
Je pense qu'un promoteur, voire même un gros sponsor ne peut pas être néfaste à notre passion, bien au contraire.

- Autres commentaires ?
Merci à des gens comme toi, de perpétrer la mémoire de tous ceux qui ont contribués à tout le bonheur qu'ils nous ont donné grâce à la course depuis des décennies.

 

RETOUR

retour sommaire