Courses
Moto Tour
Championnat de France VMA
Bol d'Or Classic
Pro Classic
Courses TZ
Communication
Revue de  Presse
Galerie Photos
Galerie Vidéos
Contact
Historique
Biographie 
Palmarès
Publicité

Partenaires

 

 

 


Le site des pilotes 
et courses de légende

 



Biographie :  Né le 23/12/51 

 "Je m'appelle Jean-Paul Boinet, né le 23 décembre 1951 sous le signe du Capricorne, juste un an avant mon ami Patrick Pons. Je mesure 1m80 pour 80 kg ce qui est un peu trop pour les petites cylindrées 125 et 250. Inutile que les constructeurs cherchent à gagner quelques centaines de grammes sur le poids d'une moto si le pilote pèse 20 kg de trop. Ma machine préférée pour la vitesse est la TZ 700 Yamaha, mais je ne dédaigne pas le tout terrain que je pratique fréquemment pendant l'hiver avec une 250 KTM. Pour le tourisme, que je pratique assez peu en moto, c'est à la 900 Kawasaki que vont mes préférences. J'aime le confort et le luxe mais je m'accommode fort bien de ma caravane pliable lorsque je me déplace sur les circuits avec mon mécanicien Jacky Germain. En société, je passe pour être assez drôle, du moins on me le dit, d'ailleurs s'il y a des types que je n'aime pas, ce sont bien les soi-disant amuseurs qui ne font rire personne. Je ne fume pas mais j'aime assez boire un (ou deux) Bordeaux rouge, s'il n'est pas trop coupé. Pour la musique, mes goûts vont sans hésitation à la pop music et aux Beatles en particulier, sans pouf cela ignorer la musique classique et Mozart. s'il me fallait trouver une formule pour me qualifier je dirais que je ne suis pas trop sérieux, sauf sur les circuits." 

JEAN PAUL BOINET

Interview, donné pour le livre « Les grands de la moto – Editions PAC – 1975 » 
de Remi Fernandez et Michel Leblond

Enfance

Jean Paul est né en 1951. Ses parents employés dans le commerce de volailles et gibiers, des grands parents travaillent trop pour s'occuper de Jean Paul et ils confient alors leur fils à une tante qui habite Fontenay aux Roses. Les parents habitent Châtillon sous Bagneux, à quelques kilomètres de Fontenay, ce qui permettra au jeune Jean Paul d'aller rendre visite plusieurs fois par semaine à ses parents.
La communion de Jean Paul entre ses parents..Jean Paul donne toute satisfaction à sa famille, si ce n'est un problème d'asthme qui vient "gâcher" son enfance. Cette maladie et ses huit années consécutives en cures à la Bourboule vont perturber sa scolarité. Entre temps ses parents, à la suite du décès du grand père sont devenus "patrons" et ont pu reprendre leur fils de 14 ans dans la maison familiale de Saint Michel sur Orge.  Son état de santé s'améliorant il met les bouchées doubles pour rattraper le retard perdu au collège et obtient finalement son BEPC. Il poursuivra ses études à Juvisy sur Orge, puis à Corbeil où il entre dans une section commercial. Il obtient son bac B en 69 alors qu'il a déjà mis le doigt dans l'engrenage de la course.

Ses débuts en moto

A Saint Michel sur Orge, Jean Paul sort avec le fils du cordonnier d'en face, Serge Didiot.
Leur principale sortie est l'autodrome de Montlhéry qui se trouve tout près. Pourtant au début ce sont les courses de voitures que le jeune Jean Paul aimait voir tourner. Il aimait surtout la compétition, auto, moto, ski, tout ce qui pouvait aller vite.
Vers l'age de 16 ans toute la famille déménage à Montlhéry et c'est à cette époque qu'il se fait offrir, difficilement, sa première moto, une 125 Kawasaki. Près de chez lui se trouve un magasin garage, Stand 14, où il rencontre un garçon nommé Christian Ravel, qui avait déjà commencé à courir en moto et était champion de France sur une Yamaha prêtée par Weiss. Jean Paul et Christian devinrent alors amis et lorsque que Christian courait avec la Vélocette de Robert Leconte, c'est M. Boinet qui prêtait sa remorque pour transporter la moto. Une véritable "bande" commençait à se former, écumant les boites de la région et roulant ensemble à moto. Il y avait également Didier Somia, Chrisitan roulait sur une 650 Triumph Trophy et Jean Paul s'était payé une 350 Kawasaki Avanger.
Mais à force de voir courir son copain Christian Ravel, il décide de se lancer lui aussi dans le grand bain. En cachette avec des économies il s'achète une 250 Suzuki et avec l'aide de Christian il réussit à convaincre ses parents et il s'inscrit au Critérium des Sports de Montlhéry et pour sa première course, il termine 4e... 

Après avoir renoncer à ses études de droits pour une sombre histoire de PV, Jean Paul a choisi son destin, il ne sera pas magistrat, mais pilote de moto. 

1970 - les débuts avec Ossa

250 Ossa. Ici aux Coupes Moto LégendeAvec l'aide de M. Seurat, importateur Ossa, Jean Paul va effectuer la saison 70 en 250. Il participe aux  250 cc sur une Ossa et aux 125 cc sur une 125 Montesa ex-Moser. 
En effet  Daniel Moser était un ami de la bande et il ne courrait pas cette année là, sa moto était en fait une Villa avec un cylindre horizontal refroidie par eau.
En 125, face aux premières Yamaha kittées et à cause de son poids, Jean Paul a beaucoup de
mal. Il réussit tout de même  à se classer 4e au championnat de France.
Pour les 250, la Ossa n'est pas fiable et casse course après course. La seule course, où la Ossa ne  trahi pas son pilote, c'est "le Premier Pas Dunlop" qui se courrait en 2 manches. Jean Paul gagne la 1ere  manche et "tient tête" deux tours à Chevalier sur une TD2 avant de serrer  dans la ligne droite.
Cette année  là il sympathise avec Christian Léon qui courre sur le même matériel et il arrive aux 2 pilotes d'échanger leur moto. A cette époque c'est Jacques Rittaud qui assure la préparation de la moto où l'improvisation rejoint le folklore et le matériel est bien souvent bricolé. 
SUITE

Jean Paul sur 500 Suzuki

... sur la But

... sur Japauto

Photos Pierre Gabriele

 
  Kit graphique © easycreation
Webmaster : Francis Boutet