Si vous ne voyez pas les animations ci-dessous, téléchargez le Plug-in Macromedia Flash: ici
 

Webmaster : Francis Boutet | M'écrire | Forum BIKE 70 | Livre d'Or BIKE 70 | Club BIKE 70  | Team BIKE 70 

 

Menu 

 

Pilotes de légende

 

Courses de légende

 

Motos de légende

 

Personnalités

 

Histoires Anecdotes

  Photos et Vidéos
  Revue de Presse

 

Liens

 

 

CETTE ANNEE LA : Revivez les principaux événements de ces années là. Sport, actualité, cinéma, musique et bien entendu moto. De nombreuses photos, liens vers des sites, documents d'époque.

1969

1970 1971 1972 1973 1974 1975 1976 1977 1978 1979 1980
Pilote de légende : Gérard Debrock (né le 22/02/1942)


Après l'article sur Roger Ruiz, j'ai demandé à Gérard Debrock (merci à Jean Claude Jacq) s'il voulait bien nous parler de sa carrière moto pour BIKE 70... Après quelques conversations téléphoniques, Gérard décide de coucher sur le papier quelques uns de ses souvenirs. Quelques semaines après, je reçois par courrier une grosse enveloppe avec de très nombreuses photos et 6 pages racontant en détail les années de compétition de Gérard. De son coté Jean Claude Jacq numérise les vidéos super 8 de Gérard et me les envoie. 
Plus qu'une biographie de Gérard Debrock, grâce au texte, aux photos et aux vidéos c'est une tranche de vie et un témoignage passionnant sur la course moto des années 70 que Gérard nous fait vivre. 

Derrière le  champion (modeste), j'ai découvert un homme passionné dont la conclusion qu'il nous livre en fin d'article résume toute sa philosophie de la course moto et de la vie.

 "J'ai toujours abordé la course comme un loisir. je n'ai jamais pensé en faire un métier comme certains ont pu le faire à la fin des années 70. Je me suis régalé, peu blessé, tout ça pendant une époque formidable. Mes performances en vitesse n'ont pas toujours été excellentes, mais je ne devais rien à personne. Par contre en endurance, c'est différent car derrière les pilotes il y a toute une équipe. Dans cette discipline j'ai pas mal réussi, mais pour réussir en endurance pas mal de facteurs interviennent. pour ce qui me concerne, j'ai toujours eu une très bonne condition physique, car étant assez éclectique, je pratiquai régulièrement l'aviron, la musculation et du volley ball. Au niveau pilotage sans être très rapide, j'étais capable de tenir un rythme élevé très longtemps et sous la pluie j'étais assez bon ... je crois ! Mais je le répète, la course était un loisir et je n'étais pas prêt à prendre tous les risques. "

Francis

FB : Gérard peux tu te présenter ?

GD : Je suis né le 22 février 1942 à Saint Germain en Laye. J'ai une soeur et un frère qui est décédé. Je suis issu d'un milieu familial "bourgeois" puisque mon père dirigeait une fonderie de métaux non ferreux fondée par mon grand père. J'ai eu la chance de toujours habiter dans un pavillon et un jardin. 

FB : Gérard et l'école ?

GD : Je suis allé à l'école puis au lycée jusqu'au bac ... que j'ai brillamment ... raté. Alors direction l'usine qui me plaisait beaucoup plus que les études,  y ayant déjà travaillé pendant les vacances dés l'age de 15 ans

FB : Tes débuts en moto

GD : Le démon de la moto m'a pris vers l'age de 20 ans lorsque j'ai acheté une 700 Royal Enfield Constellation après avoir roulé en Vespa depuis l'age de 16 ans. J'ai acheté cette moto parce qu'un garçon qui habitait près de chez moi en avait une et j'étais en admiration devant sa moto. Je me suis engagé à la côte Lapize et ensuite à une course de motos de série à Montlhéry .. dans les 2 cas les résultats ont été modeste ... très modestes !!! ... mais la passion commençait ... Avant de partir à l'armée je l'ai vendue et je passais mon temps de libre à dévorer Moto revue et je commençais à m'intéresser à la technique que je ne connaissais pas du tout.

FB : Tes vrais débuts en compétition

GD : Au retour de l'armée, début 1964, à cause de la pression parentale (à cette époque on écoutait ses parents, même à 22 ans), j'accepte de ne pas faire de course ... ça va durer 10 mois. A l'époque j'avais un bon copain que j'ai connu à l'école Breguet, Philippe Daric qui était passionné de course et avec qui j'étais resté en contact. On s'est bien "chauffé" tous les deux, tant et si bien que début 1965 nous décidons d'acheter chacun une Norton 88 SS pour courir en formule sport.... et voilà c'était parti ... Mes résultats en formule sport n'ont pas été brillants ... je ne m'en souviens même pas .... par contre ce que je me rappelle c'est d'avoir fait réparer la magnéto de nombreuses fois.

cliquez sur les photos pour les agrandir

Cognac 1965

FB : Ensuite ?

GD : En 1966 j'ai acheté une 250 Bultaco pour rouler dans deux catégories. Mais quelle bête à soucis ... elle n'a bien fonctionné qu'une seule fois, à la première course, le Critérium du Mans, ensuite c'était panne sur panne. En 1967 j'ai alors acheté une 500 Manx ex Barbaroux ... et là c'était pire qu'avec la 88, car beaucoup plus difficile à régler ... bilan, absence de résultat car étant donné que je cassais tout le temps, je roulais très peu et de moins en moins bien car pas en confiance ... Pour revenir sur la Bultaco, je voudrai parler de Jacques Roca qui était à l'époque le roi du cylindre à trous et qui arrivait à bien faire marcher ces fragiles espagnoles. Avec sa meuleuse il faisait des trous gigantesques dans les cylindres. On était très contents, mais je crois qu'il prenait bien garde à ce que nos moteurs ne soient pas plus puissants que le sien. je garde néanmoins un très bon souvenir de lui. Il était toujours avec de belles filles et bien qu'il ait été blessé en Algérie assez gravement, c'était un athlète.

1969 : 1ere sortie de la Linto à Magny Cours

FB : Ta première victoire ?

GD : En 1969 j'en ai eu assez des anglaises hors d'âge et des espagnoles ... alors j'ai décidé d'acheter la dernière merveille qui venait de sortir ... la LINTO ! J'ai encore eu des déboires avec cette moto, mais quel plaisir à piloter et en plus j'étais la "star" du paddock !!!. Je n'ai gagné qu'une course avec cette moto, c'était le Grand Prix de Mettet en 1970. Quel régal de mettre le 2e de la course à 1 minute ... c'était Tébec sur une H1 spéciale. 

Toujours en 1970, j'ai été embauché par Honda France pour les 1000 km du Mans et le Bol d'Or sur une Daytona. Malheureusement j'étais associé à Christian Bourgeois qui ne savait pas conduire une moto sans faire cirer l'embrayage comme sur les TZ Mais celui de la Daytona ne supportait pas ça !!! Au Mans il m'a fait le coup et cela nous a coûté le podium. Pour le Bol, il remet ça et là je suis obligé de faire un tour à la poussette. Finalement nous abandonnons à minuit à cause d'une bielle casée.

1970 : La Linto 1970 : GP de France derrière Findlay
1970 : Bourg en Bresse 7e 1970 : Sur la Honda Daytona au Mans 


FB : 1971 à été un tournant pour toi ?

GD : En 1971, malgré la fragilité de la Linto, j'ai acheté le nouveau modèle avec culbuteurs en titane et les gros carbus, le carénage avait été modifié et elle marchait très bien mais malheureusement la Kawa 500 H1R était arrivée, c'était la fin du 4 temps. j'ai fini la saison avec quelques places d'honneur et je l'ai ensuite mise en vente. Elle a été acheté par un collectionneur, qui il y a quelques années, m'a refusé de la piloter de nouveau. Mais en 1971 j'avais également fait l'acquisition d'une 250 Yamaha TD2 d'occasion et là, j'ai enfin connu le plaisir de finir les courses. C'est vrai que cette anée 71 a été très bonne pour moi et j'ai réalisé quelques belles prestations. Michel Laprie, brillant préparateur au Vésinet m'a engagé sur sa 750 Honda aux 1000 kilomètres du Mans, où j'a été très bon en mettant un tour à tout le monde lors de mon premier relais sous la pluie, malheureusement mon équipier a chuté lors de son premier relais et a mis la moto en miette ... ainsi que lui.
Aux 4 Heures de Montlhéry, Michel Rougerie, m'avait appelé pour rouler avec lui et nous avons gagné très facilement ... (voir vidéo) ... ne me demande pas le podium je ne m'en souviens pas !
En endurance, pour le Bol j'ai été engagé par Georges Monneret lui même sur les conseils d'Olivier Chevalier avec qui je devais piloter l'une des 2 Triumphs d'usine. Sûrement la meilleure moto du plateau, auréolée de la victoire en 70. Nous avons maintenu un bon rythme pendant 10H, puis une panne électrique nous a arrêté nous faisant dégringoler à la 13e place. Ensuite il a fallu cravacher pour remonter et vers 7H du matin j'ai malencontreusement  roulé sur une bande blanche très glissante ... et ce fut la chute au garage vert ... moto détruite ... "game over". Ce résultat très décevant m'a par contre fait progresser dans ma gestion de la course.

Tien une petite anecdote, en 1971, j'ai également fait du side !!! En effet au Paul Ricard pour dépanner Fourneaux j'ai joué le rôle de singe dans son side. Cette courte expérience m'a guéri du rôle de passager.

1971 Magny Cours (2e 1ere manche et 4e au général) Super gamelle Rouen 1971
1971 Bourg en Bresse (2e en 250) Circuit Paul Ricard 1971
Bourg 1/05/1971 Abandon à 3 tours de la fin, alors 4e 1971 : 1000 km du Mans sous le déluge
1971 : 4H de Montlhéry - Vainqueur avec Michel Rougerie

Manifestations Partenaires

Partenaires et sites amis...