Si vous ne voyez pas les animations ci-dessous, téléchargez le Plug-in Macromedia Flash: ici
 

Webmaster : Francis Boutet | M'écrireForum BIKE 70 | Livre d'Or BIKE 70 | Club BIKE 70  | Team BIKE 70 

 

Menu 

 

Pilotes de légende

 

Courses de légende

 

Motos de légende

 

Personnalités

 

Histoires Anecdotes

  Photos et Vidéos
  Revue de Presse

 

Liens

 

 

CETTE ANNEE LA : Revivez les principaux événements de ces années là. Sport, actualité, cinéma, musique et bien entendu moto. De nombreuses photos, liens vers des sites, documents d'époque.

1969

1970 1971 1972 1973 1974 1975 1976 1977 1978 1979 1980
LES ANNEES 1969 A 1989
 

Coupe du Monde de Football 1970

La Coupe du monde de football de 1970 est la neuvième édition de la Coupe du monde de football, une compétition de la Fédération internationale de football association (FIFA) qui met aux prises, du 31 mai au 21 juin 1970, les meilleures équipes nationales masculines de football des différentes confédérations continentales.

La compétition est remportée par l'équipe du Brésil, qui s'appuie sur une génération d'attaquants exceptionnelle avec Pelé, Gérson, Jairzinho, Rivellino et Tostão. Il s'agit de l'une des Coupes du monde les plus spectaculaires. Cette édition est également marquée par les dix buts de Gerd Müller, dont deux triplés, et par la demi-finale à suspense Italie-RFA qui se termine sur le score de 4 buts à 3 après prolongation.

Le format de la compétition est resté le même qu'en 1966 : 16 équipes qualifiés, divisé en quatre groupes de quatre se jouant une fois chacune. Les deux équipes en tête dans chaque groupe ont avancé aux quarts de finale. Cependant, pour la première fois dans les finales de coupe du monde, les équipes a égalité de points sont départagées sur la différence de but (remplaçant des finales) et si deux équipes ou plus ont eu la même différence de but, par tirage au sort. Si un quart de finale ou un match de demi-finale avait eu comme conséquence un nul après que prolongation, l'arbitre aurait tiré le nom de l'équipe gagnante dans un chapeau pour progresser au prochain tour.

Pour la première fois, on a permis l'utilisation de remplacements dans le jeu lors d'une coupe du monde. On a permis à chaque équipe de faire deux substitutions pendant un match. L'Union Soviétique a été la première équipe à faire un changement dans l'histoire de la coupe du monde contre le Mexique dans le match d'ouverture. Viktor Serebryanikov était le premier joueur à être remplacé, par Anatoly Puzach après 45 minutes.

Cette coupe du monde a également comporté la première utilisation des cartons jaunes et rouges, pour respectivement, des avertissements et des expulsions (la note qui avertit et les expulsions ont déjà existé avant 1970). Cinq cartons jaunes ont été distribués lors du match d'ouverture Mexique contre l'URSS, alors qu'aucun carton rouge n'a été sorti dans le tournoi entier.

Cette coupe du monde était également la première à être télévisée en couleurs. Cependant, pour s'adapter dans les programmes européens, quelques coups d'envoi ont été donnés à midi. C'était une décision impopulaire pour beaucoup de joueurs et d'entraîneurs en raison de la chaleur intense au Mexique à cette heure.

Quarts de finale 

Les quarts de finale ont vu une Italie transformée s'imposer 4-1 sur l'hôte mexicain après avoir encaissé le premier but. Victoire du Brésil sur le Pérou 4-2 après un match de divertissement entre deux équipes portées vers l'attaque. L'Uruguay a défait, après prolongations, une équipe d'Union Soviétique pourtant supérieure sur le papier. Le dernier quart de finale, un remake de la finale 1966 entre l'Angleterre et la Rép. Féd. d'Allemagne[2], produit un des grands matchs de l'histoire de coupe du monde. Après cinquante minutes, l'Angleterre avec une avance de 2-0, semble tenir sa prise fermement. C'est alors que l'entraîneur de l'Angleterre Alf Ramsey, sentant que la victoire a portée de main, décide de substituer un de ces joueurs-clés, Bobby Charlton, « pour l'épargner pour la suite du tournoi ». Mais sans Charlton, l'Angleterre a perdu son emprise sur le jeu ne peut contenir les implacables attaques allemandes. Après que Franz Beckenbauer eut réduit la marque d'un tir puissant 2-1, la Rép. Féd. d'Allemagne égalise à huit minutes de la fin sur une tête d'Uwe Seeler et une hésitation fatidique du gardien de but remplaçant Peter Bonetti (Gordon Banks étant absent pour cause d'intoxication alimentaire). L'élan anglais était irrévocablement brisé et la Rép. Féd. d'Allemagne a ainsi vengé la perte de la finale 1966 avec le but de la victoire signé Gerd Müller dans le temps additionnel après une autre erreur de Bonetti.

 

 

Demi-finales 

Les demi-finale présentent des affiches passionnantes avec 4 équipes ayant toutes au moins un titre à leur palmarès. Le Brésil a défait l'Uruguay 3-1 dans une demi-finale au goût de finale, qui a comporté un autre moment lumineux du roi Pelé : sur une ouverture au ras du sol, il se trouve en face-à-face avec le gardien uruguayen Ladislao Mazurkiewicz. Arrivant de la droite avec le ballon venant sur sa gauche, le gardien anticipe sur un contrôle et une course balle au pied de Pelé. Le Brésilien, laissant parler tout son génie, ne touche pas le ballon et effectue ainsi un grand pont sur le gardien. Malheureusement ce coup de génie n'aura pas le destin qu'il mérite car Pelé croise trop son tir vers le but vide et la balle frôle le poteau. Il s'agit pour beaucoup, d'un des plus beaux gestes du créateur et buteur brésilien, illustrant l'instinct et l'innovation de ce joueur d'exception.

L'autre demi-finale, entre l'Italie et la Rép. Féd. d'Allemagne, a été considéré par beaucoup comme le plus grand match de l'histoire de la coupe du monde. L'Italie a pris une avance 1-0 par Roberto Boninsegna 8 minutes après un excellent « une-deux» avec Luigi Riva. La Rép. Féd. d'Allemagne a serré pour s'égaliser pour le reste de la partie, jusqu'à la fin quand Karl-Heinz Schnellinger marque dans le temps additionnel. Dans les prolongations, Gerd Müller donne l'avantage à l'Allemagne à la 94e minute avant que l'Italie ne reviennent à la marque par le défenseur Tarcisio Burgnich (un des ses rares buts en international). À la 104e minute, Riva marque contre le gardien allemand Sepp Maier le troisième but italien (3-2), et Müller d'égaliser six minutes plus tard. La télévision est en train de retransmettre le ralenti du but allemand quand le milieu italien Gianni Rivera, étrangement esseulé au point de penalty, prend à contre pied le gardien allemand sur un bon centre en retrait de Boninsegna. Franz Beckenbauer a refusé de s'arrêter de jouer après avoir eu la clavicule cassée à la suite d'un choc avec un Italien pendant le temps supplémentaire : car Helmut Schön, le sélectionneur ouest-allemand, avait déjà employé les deux remplacements autorisés, Beckenbauer (qui était critiqué du côté allemand) est resté sur le terrain avec son bras en écharpe. L'image du défenseur allemand le bras contre la poitrine est restée célèbre comme symbole de son courage et de sa persévérance. Il porte néanmoins une part de responsabilité sur le dernier but italien. Un résume du match est disponible ici. Ce match est considéré comme le « match du siècle », également connu sous le nom de Partita del Secolo en Italie et Jahrhundertspiel en Allemagne. Un monument sur l'Estadio Azteca à Mexico le commémore.

Finale 

Dans la finale, le Brésil a frappé le premier, une tête de Pelé sur un centre de Rivelino à la 18ème minute. Roberto Boninsegna égalisé pour l'Italie après une gaffe dans la défense brésilienne. Dans la deuxième mi-temps, la puissance de feu et la créativité du Brésil étaient trop forte pour une Italie qui est resté accrochée à leur système défensif prudent. Gérson double la mise pour le Brésil d'un tir puissant des 20 mètres. Il frappe ensuite coup-franc des 40 m sur Pelé qui remet de la tête sur Jairzinho lancé qui ne peut que marquer. Apres une magnifique démonstration de maîtrise collective face à des Italiens déboussolés, Pelé décale son capitaine Carlos Alberto sur le flanc droit pour le dernier but. Le but de Carlos Alberto, après une série de mouvements par l'équipe brésilienne de la gauche au centre, est considéré comme l'un des plus grands buts jamais marqués dans l'histoire du tournoi. Cette victoire a consacré le premier tri-campeão (triples champions) dans l'histoire du football.

Avec cette troisième victoire après 1958 et 1962, le Brésil a gagné le droit de garder le trophée de Jules Rimet de manière permanente (ironiquement, il a été volé en 1983 à Rio de Janeiro et n'a jamais été récupéré). L'entraîneur brésilien Mário Zagallo était le premier footballeur à devenir champion du monde en tant qu'un joueur (1958, 1962) et entraîneur, et Pelé a fini sa carrière en coupe de monde en tant que premier joueur à avoir gagné 3 coupes du monde.

source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Coupe_du_monde_de_football_de_1970

 

 

 


Manifestations Partenaires

Partenaires et sites amis...